10e épisode avec Cube !
N’hésitez pas à papoter via les commentaires !
Et merci les 999 subes !

LE SCRIPT :

C'est mon texte brut, vous y trouverez un tas de fautes, fautes de frappes et d'auto-correction ou des abréviations. Il ne correspond pas totalement au texte de la vidéo, car j'improvise ou coupe certaines choses de temps en temps.
Alors voilà :

Cube des problème de nom !

 

Fin des années 1980, Munich, Allemagne, Marcus Puerner étudie l’économie à l’université. Son colocataire et ami, Michael, est passionné de vtt et de descente. C’est à l’époque les prémices, et les championnats du monde s’ouvrent tout juste au public. Les deux sont plutôt fauchés comme pas mal d’étudiants, et voient dans le VTT un business sérieux et appétant.

Début 90, ils commencent par vendre des vélos importés, mais face à la suprématie américaine, comme Trek, Spé ou encore Marin, il commencent à réfléchir à créer leur propre marque. À ce moment ils sont déjà 4, mais n’arrivent pas vraiment à se lancer. Chacun se trouve des excuses, amis, famille, examen… mais Marcus insiste : c’est maintenant ou jamais.

 

En 1992, avec leur maigres économie et prêt familiaux, ils commandent leur premier container. 160 vélos fabriqués, dans une petite usine taïwanaise (oui encore Taiwan chuchote).

À l’époque pas besoin d’être vraiment ingénieur. En ouvrant des magazines de VTT,  ils s’inspirent de la géométrie des meilleurs vélos de leur concurrents. Installent un groupe complet Shimano Deore, quelques composants Ritchey et c’est parti. Les vélos de vendent vite et bien, au point de devoir commander un autre container de 320 vélos cette fois.

 

Ils vendent 480 vélos la première année. Marcus est confiant, mais son ami Michael est sur la paille et préfère quitter la jeune compagnie. Les deux autres suivent, et fondent la marque Ghost.

Mais pas de soucis pour Marcus, il n’a aucuns frais, son père lui prêtant une partie de son entrepôt professionnel et n’a pas d’employé. Il va à la fac la semaine et travaille le week-end.

 

À l’époque sous le nom Slickrock puis Move, il rencontre Claus Wachsman, gérant d’un petit magasin de vélo. Il veut s’associer et vendre ses vélos.

En 1993, c’est le premier Eurobike, grand salon du vélo à Friedrichshafen. Il se dégotte un petit stand de 30m2, et sur les 4 jours, à cause de ses examens de fin d’année, ne peut venir que le dernier, le dimanche. Sur le salon, il s’aperçoit qu’un magazine suisse porte le nom de Move, et décide donc un mois plus tard de changer pour Cube.

Mais ce n’est pas fini… après avoir trouvé un nom international, et assez court pour s’afficher sur un tube diagonal, ils se font contacter par Nissan. Oui, la marque possède un modèle nommé Cube. Marcus voyage au Japon plusieurs fois afin de régler personnellement le conflit. Cela prit d’ailleurs plusieurs années de négociation.

 

Dès lors, il continue d’importer des vélos complets et montés à 100%. Mais à cause des fortes taxes, il importe alors des stocks de composants, moins taxés, et des vélos pré-montés, qu’il finira d’assembler dans le petit coin de 100m2 du hangar de son père.

Oui il est toujours là, et brasse entre 1000 et 1500 vélos par an. Il n’est pas seul, mais n’a toujours pas d’employés : c’est sa famille et quelques amis qui l’aident toujours le week-end.

En 1996, à + de 5000 vélos vendus dans l’année, son père; ingénieur, lui construit son premier bâtiment de plus de 200m2. Il embauche son premier employé et investit dans des machines pour améliorer le montage des vélos. Il déniche alors de plus en plus de revendeurs, et fin 90, trouve son premier distributeur. Du simple vtt acier sans suspension, il se développe au vélo de route, de triathlon, puis de VTT à suspension et de cadre en aluminium. Les choses se compliquent.

Ce n’est que vers 2004 qu’ils emploient leurs propres ingénieurs à défaut de ceux des usines de fabrication. L’investissement est plus lourd et le temps compté, quand il faut développer un cadre à 100% plutôt que de choisir des tubes sur un catalogue. Mais tout va bien, la croissance est régulière.

 

À ce jour Cube supporte pas mal de team, dans plusieurs disciplines :

  • La Cube Action Team, crée en 2011 pour la scène Enduro, et déjà victorieuse de l’EWS, de la Megavalanche La Réunion et de la TransProvence.
  • La Team Wanty-Groupe Gobert du tour de France.
  • et La Cube Global Squad, en Descente.

Réagir !

Projets à venir !

  • [ARTICLE] – [Présentation] -Pédales Nukeproof Horizon CL